“Africa Action Summit” : l’Afrique acte sa ferme volonté de prendre en main son destin

Environnement
Le premier Sommet Africain de l’Action, organisé en marge de la 22ème Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements  Climatiques (COP 22) s’est tenu ce mercredi 16 novembre à Marrakech. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc, a convié, les Chefs d’Etat et de délégation d’Afrique dont le président béninois Patrice Talon à cette rencontre de Haut Niveau.
Tourné vers l’action, le Sommet a pour vocation de mettre en cohérence, de prioriser et de donner une nouvelle impulsion aux initiatives et projets structurants en matière de lutte contre les changements climatiques et de développement durable.
Deux  thématiques essentielles ont nourries les discussions : la première concerne les risques liés aux changements climatiques et les moyens mis en place par le Continent pour y faire face. Il s’agit d'évaluer l’avancement des initiatives et des projets structurels en vue de renforcer la résilience du continent face aux menaces climatiques à travers notamment l’Initiative Africaine pour l’Adaptation (IAA), l’initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture Africaine (AAA), l’initiative de la Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel (GMVSS), l’initiative pour la Sécurité, la Stabilité et la Soutenabilité africaine (SSS), l’initiative pour la Résilience Rurale (R4) et celle pour les forêts dans la région Méditerranée et du Sahel (AFMS). Les mécanismes à mettre en place seront inclus pour soutenir et accélérer la mise en œuvre de ces programmes phares et mobiliser les financements nécessaires pour renforcer la capacité d’adaptation du Continent et pour garantir la sécurité alimentaire, préserver son capital naturel et sa biodiversité et limiter les migrations climatiques.
 La deuxième thématique permet aux dirigeants du Continent de confirmer leur conviction que la lutte contre le dérèglement climatique constitue une opportunité pour accélérer le développement en Afrique, sobre en carbone et à visage humain. Dans ce cadre, le Continent s’engage à saisir les opportunités offertes par la transition énergétique, la croissance verte, l’économie circulaire ainsi qu’au niveau de l’innovation technologique et des modes de production.
Seront également évoqués, l’évolution et les perspectives d’accélération des initiatives en faveur du développement durable du Continent à l’instar, notamment, de l’Initiative Africaine pour les Energies Renouvelables (IAER), de l’initiative pour la Conservation de l’Ecosystème du Bassin du Lac Tchad (ICEBLT), de l’initiative pour une Croissance Bleue ou encore de l’initiative pour la réalisation d’un Couloir Africain de l’Energie Propre (ACEC).
L’Afrique acte sa ferme volonté de prendre en main son destin, de parler d’une seule voix et d’unir ses forces pour lutter contre le dérèglement climatique et renforcer sa résilience. Elle confirme, par ailleurs, son ambition de s’inscrire dans un sentier de co-émergence durable en construisant son propre modèle de développement inclusif et durable, répondant ainsi aux aspirations légitimes des populations africaines et préservant les intérêts des générations futures.
 
Inès KUASSI NANGA, envoyée spéciale