Célébration des religions endogènes : L'expression d'une identité

Culture

La date du 10 janvier a une résonance particulière au Bénin. Elle est consacrée depuis 28 ans à la célébration du vodoun  principal emblème identitaire du pays.  C'est le jour où chaque dignitaire, chaque adepte rend hommage à sa divinité à travers des offrandes accompagnées de danses et d’animations. C’est un grand moment de retrouvailles, l’occasion d'une union au tour du sacré

Culte  voué à un ensemble de divinités présentes partout et en tout. Le vodoun selon le chef supreme Daagbo Hounon Hounan, de vénérée mémoire, peut être défini comme “ l'organisation de la vie toute entière”. Son panthéon regroupe de plus de 200 dieux répartis sur toute l'étendue du territoire national. Il occupe une place très forte dans l'identité du pays. Chaque 10 janvier, un point d'honneur est mis sur tous ces vodouns. Journée nationale des cultes endogènes, elle est déclarée fériée, chomée et payée tous les ans. Ce jour, le Benin profond, le Benin sacré est dévoilé au monde qui dilate toutes les valeurs qu'incarnent le vodoun avec effervescence. La fête des religions endogènes a été l'oeuvre de l'ancien Président Nicéphore Dieudonné Soglo. La loi instituant le 10 janvier comme fête du vodoun a été votée à l'Assemblée en 1996 et promulguée un an plus tard. Dès lors, le drapeau tricolore flotte au rythme du couvent, des libations, des sacrifices et surtout des prières sont executés chaque 10 janvier

Une consolidation culturelle

Cette date est surtout une retrouvaille. Une rencontre entre esprit et humain. Un moment ultime d'echange entre l'invisible et le visible. Lors de la fête des vodoun, tous les adeptes de toutes les divinités d'une part et de partout d'ailleurs d'autre part se regroupent pour donner raison à leur croyance. C'est une occasion pour eux d'exprimer d'une seule voix leur gratitude aux dieux. Tout ceci renforce le tissu culturel, vu que le Bénin est le berceau du vodoun. Aussi, cette célébration est-elle une plateforme qui rend possible la réconciliation avec les béninois et africains déportés lors de la période sombre de l'esclavage à-travers une effusion collective et spirituelle. Cette date constitue pour  les haïtien, afro-descendants une opportunité unique de se rappeler de leur origine là où tout a commencé. Pour rappele,  c'est le festival Ouidah 92 qui a  posé  les jalons nécessaire de ce qui sera la fête du vodoun. Cette dernier une fois instituée permet la consolidation du développement du Bénin en général et de sa culture en particulier.

Raoul Donvidé