Remaniement ministériel : Le Bloc Progressiste en taille patron

Politique

Le Chef de l’Etat, Patrice Talon a procédé à un réaménagement de son équipe gouvernementale  par le biais d’un remaniement où trois ministres ont été remplacés, six ont fait leur entrée, deux départements ministériels ont été éclatés et un ancien ministre retrouve son ancien portefeuille. A la lecture de la nouvelle mouture, l’Union Progressiste, un des deux partis politiques proches du Chef de l’Etat se taille la part du Lion.

Suivant le décret n°2019-396 portant composition du gouvernement, le Président de la république a dévoilé sa nouvelle équipe gouvernementale après avis du bureau de l’Assemblée Nationale. Une équipe où les cadors n’ont pas bougé à l’image des Ministres d’Etat chargé du Développement, des Affaires étrangères, des Finances, du Travail ou encore de l’Energie. Deux ministères ont été saucissonnés pour plus d’efficacité dit-on, les anciens ministères des sports de la culture du tourisme et la Communication et de l’Economie numérique. Un ministère a été définitivement pourvu après le limogeage voilé de Barbané Dassigli, le ministère de la Décentralisation  et un coup de théâtre, un ancien ministre qui a été relevé de ses fonctions d’une manière assez surprenante, retrouve le même fauteuil qu’il avait laissé, en l’occurrence Hervé Hêhomey à l’Infrastructure et des Transports.

Dans ce cocktail de 24 portefeuilles ministériels, une mention spéciale a été faite une fois encore à la jeunesse. Shadiya Assouma, de l’Industrie et du Commerce, vient s’ajouter à Aurelie Adam Soulé, désormais ministre du Numérique et de la Digitalisation (hic),  Oswald Homeky, aussi désormais ministre des Sports, Modeste Kérékou, ministre des Petites et Moyennes Entreprises, Romuald Wadagni, de l’Economie et des Finances.

La configuration politique de cette nouvelle équipe n’est pas loin de la configuration politique actuelle du pays avec seulement deux partis politiques qui sont déjà à l’Assemblée Nationale et qui se retrouve naturellement au sein de l’Exécutif. L’Union Progressiste dirigée par Bruno Amoussou dame une fois encore le pion à son siamois, Bloc Républicain d’Abdoulaye Bio Tchané, qui pourtant s’est d’ailleurs fendu d’un Communiqué pour : « … se réjouir de compter désormais dix membres au sein de l’exécutif…le Bureau Exécutif National adresse ses sincères remerciements au Chef de l’Etat, le Président Patrice Talon, qui vient de renouveler sa confiance en notre parti… ». L’Union Progressiste, s’adjuge donc de 12 portefeuilles ministériels contre 10 pour son frère jumeau, Bloc Républicain et deux ministres n’ont pas encore revendiqué une appartenance politique, même si la nouvelle ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique avait fait des apparitions sporadiques lors de sa première expérience ministérielle sous l’ère Boni Yayi, en l’occurrence Eléonore Yayi Ladékan. Seul donc Benjamin Hounkpatin, ministre de la Santé, reste le seul électron libre.

Cette équipe gouvernementale était attendue depuis les dernières législatives, elle conduira certainement l’Exécutif aux prochaines élections Communales et pourquoi pas Présidentielles de 2021.

 

G-E. NANGA