Présidentielle 2021 : Selon Alain Orounla, Talon doit être candidat

Politique

Reçu sur l'émission 90 minutes sur la Radio Nationale ce dimanche, Alain Orounla, ministre de la Communication et de la Poste, porte -parole du Gouvernement  a abordé plusieurs sujets de l'actualité à savoir: la probable candidature de Patrice Talon en 2021, le parrainage des candidats ainsi que le financement public des partis politiques. Il avait 90mn pour convaincre.

Alain Orounla semble lever le suspense qui entoure la probable candidature de Patrice Talon en 2021. Dans son intervention, il ressort qu'au regard des nombreuses réformes engagées par le président Patrice Talon depuis 2016, sa candidature s'avère nécessaire et impérative “Je crois que la candidature du Président Patrice Talon s'impose. En cinq ans , notre pays a été transformé. En cinq ans, le Bénin a connu un leadership véritablement responsable et méthodique. Il y a eu de l'audace, de la planification, de l'organisation et surtout du suivi qui ont donc conduit à des résultats tangibles” a-t-il laissé entendre. Il continue et affirme que Patrice Talon paraît la solution pour le développement du pays. Des impératifs s'imposent et le contraignent donc à être candidat à sa propre succession.  “Le Président ne se pose plus la question de savoir s'il rempile ou pas. Il y a des impératifs qui s'imposent à nous et qui sont supérieurs aux spéculations et aux envies malsaines des uns et des autres” avant de conclure que “(...) la candidature de Patrice Talon s'impose à lui même. Pour la poursuite de l'élan de développement qu'il a insufflé à notre pays, il est important que le cap soit maintenu”.

Le parrainage

Il a aussi au cours de son intervention abordé la question du parrainage qui suscite depuis peu des remous au sein de la classe politique de l'opposition. Pour lui, le parrainage inscrit dans la Constitution révisée du 1er novembre 2019, ne doit en aucun cas constituer de blocage pour les candidats de l'opposition qui n'ont pas du tout d'élus ou en ont peu. “Il n'y a pas à négocier, pas plus qu'à débaucher. Il y a tout simplement à appliquer les règles que nous avons de manière consensuelle acceptées, à savoir que les candidats à l'élection présidentielle vont passer par le filtre des acteurs politiques et plus précisément des élus”. Cela voudra dire que les candidats de l'opposition n'ont rien à craindre quant à l'obtention du parrainage d'élus. Il invite donc les candidats à se rapprocher des élus pour solliciter leurs parrainages “Je conseillerais aux candidats que je trouve virulents, injustement de ravaler leur fierté et d'aller présenter aux différents élus, leurs projets de société pour obtenir très rapidement leur adoubement”, a-t-il martelé.

Quid du financement public des partis politiques ?

Il a également abordé cette question et notifie que c'est une réforme salutaire et qui donne plus de visibilité à notre pays. « Le financement des partis politiques est une innovation formidable. Vous ne verrez pas beaucoup de nations qui acceptent de financer l'activité des partis politiques. Et cela se fait au Bénin, un pays de 11 millions d'habitants. C'est vous dire le niveau de conscience que le Président de la République a, de ce qu'il faut faire comme actions politiques dans notre pays pour garantir la compétitivité et la participation effective des partis à l'animation de la vie publique dans notre pays ». Il continue et souligne que les fonds mis à la disposition des partis politiques éligibles sont suivis de près par le gouvernement pour une gestion judicieuse. « Les fonds décaissés sont suivis par l'Etat. Le Président de la République pense à tout et il est entouré de collaborateurs qui s'en inspirent. L'Etat a mis en place des mécanismes et dispositifs chargés d'auditer et de contrôler l'usage de ce financement »

 

Léonce Hounliho