Politique : Sebastien Ajavon interpelle Patrice Talon

Politique

Sébastien Ajavon a adressé une correspondance au Président de la République du Bénin, Patrice Talon par le biais de son avocat Antoine Vey. Dans cette lettre, il dénonce le recul du Bénin sur le plan démocratique

Sébastien Ajavon s'indigne du recul du Bénin sur le plan démocratique. « Votre élection en 2016 a suscité une vague d’espoir. Or, depuis votre investiture, le Bénin connaît un recul des libertés publiques sans précédent.» À l'en croire, cet espoir qui grandissait dans le rang du peuple béninois et à l'étranger est très vite trahi. Pour lui, le Président Patrice Talon essaie de contrôler les centres névralgique et décisionnel où se façonne l'avenir du pays. « D’abord, et sous couvert d’assainir le jeu politique, vous avez dévoyé le processus électoral afin de pouvoir le contrôler et empêcher toute expression dissidente d’accéder aux élections. Les conditions de candidature ont été durcies, tandis qu’une loi sur les partis politiques a restreint indûment le droit d’association, en violation flagrante de la Charte africaine des droits de l’homme. Tout au long de ce processus de détournement, vous avez pu compter sur le soutien indéfectible de la Cour constitutionnelle, dont le Président n’est autre que votre ancien avocat personnel.» a-t-il écrit dans cette correspondance. Il notifie que la démocratie béninoise qui surfait autrefois sur les vagues du succès et du désir immodéré en Afrique et dans le monde , n'est plus un modèle à suivre. Il en veut pour preuve, la restriction de la liberté d'expression liée au vote du code numérique, l'exil des opposants. Il a dénoncé également « l'instrumentalisation de la justice pour éliminer toute voix dissonante », l'exclusion de l'opposition politique des législatives d'avril 2019, le non-respect des décisions de la Cour Africaine des Droits de l'Homme. Son avocat, Antoine Vey va plus loin et souligne que « Tant que M. Ajavon n’aura pas été rétabli dans ses droits de citoyen, tant qu’aucune opposition ne pourra s’exprimer, le Bénin ne pourra plus prétendre au titre de démocratie dont il s’est si longtemps enorgueilli. » Le Bénin doit donc faire des efforts pour reprendre son qualificatif de "label démocratique en Afrique du l'Ouest "

Léonce Hounliho