Formation des animateurs radio : Se distinguer par sa qualité

Société

Aux nombres des discussions inscrits au club de presse “Café Médias Plus“ du vendredi 22 janvier dernier, la question de la Formation de animateurs de radio. Initiative de Jean-Discipline Adjomassokou, ce dernier est venu faire l’état des lieux et l’utilité de cette formation.

Formation des animateurs des radios : quelle utilité pour les médias“, est l’un des thèmes qui a été débattu entre confrères au cours du passage de Jean-Discipline Adjomassokou, journaliste culturel et initiateur de ladite formation. D’entrée, Jean-Discipline Adjomassokou, a fait un état des lieux de la formation, et explique la qualité suivant laquelle, il a initié une telle formation : « Dans le passé, quand les premières radios ont été installées, c’est moi qui formait les animateurs de radio », a-t-il déclaré. Mais dans la foulé et par manque de formation adéquate et spécifique, il y a eu des migrations de certains animateurs qui « …étaient allés à la rédaction, d’autre à la production et il y en a qui sont là mais ne sont plus motivés… ». Ce qui a suscité chez les promoteurs de radio un désintéressement et plus tard le recrutement de n’importe quel profil. Il n’y avait plus aucune préparation, aucune formation faite à ceux-là. Cependant les conséquences n’ont pas tardées à faire surface. « Les radios ne sont plus bien écoutées parce que le contenu des programmes, ce n’est pas ce qu’il faut » se désole Jean Discipline Adjomassokou. Pour lui, l’animation est une question de règles et de techniques. Chose très importante qu’ignorent les animateurs de notre époque. Cela provoque l’ignorance de l’écoute de ces chaînes de radios. « Aujourd’hui, quand moi j’écoute nos radios, parfois je zappe. Je préfère aller écouter Bbc qui a un programme musical à certaines heures de la journée. Je préfère écouter “Frisson radio“ qui est aussi une radio musicale », a-t-il déclaré. D’après lui, « Le contenu qu’on nous offre les radios au Bénin n’attire pas ».

L’invité a aussi fait remarquer qu’aujourd’hui, une grande confusion se fait entre l’animation et le journalisme. Pourtant entre animateur et journaliste, la différence est nette. « Nous formons des journalistes radios et télé ; certes, mais ceux qui sont les plus connus dans les pays, ce sont les animateurs. Les journalistes ont un temps d’antenne court sur les radios et les télévisions. Mais ce sont les animateurs qui prennent beaucoup plus de temps d’antenne », a-t-il laissé entendre avant de poursuivre. « Lorsque vous prenez quelqu’un qui est simplement un journaliste et qui veut faire l’animation, cela ne sera jamais comme Sergent Marcus qui anime une émission ».  Au Bénin, le constat est alarmant. Les animateurs ne préparent pas leurs émissions. A entendre, Jean-Discipline Adjomassokou, certains animateurs aujourd’hui animent comme des « Dj » de boîte de nuit. Et non comme des animateurs de radio. Cela explique selon lui, la migration de tout le monde vers canal+, puisque ces derniers « ne sont plus satisfait des programmes ».

Yan Atayi