Huitièmes de finale « CAN Egypte 2019 » : Les Ecureuils en trompe-l’œil

Sport

Après avoir livré trois matches nuls surtout contre le Ghana et le Cameroun respectivement quadruple et quintuple champion d’Afrique, le Bénin, s’est qualifié à la faveur des quatre meilleurs troisièmes de la première phase de la compétition. Une première qualification en quatre participations, qui, loin d’être un objectif atteint, peut-être le début d’une folie.

Les Ecureuils du Bénin, emmenés par Michel Dussuyer pour la quatrième participation à une phase finale de Coupe d’Afrique des Nations, sont dans un état d’esprit perceptible. Depuis la qualification obtenue au stade Général Mathieu Kérékou face aux Eperviers du Togo avec le but qualificatif intervenu dans les ultimes minutes du match, but marqué par Steve Mounié, les observateurs du cuir rond s’accordaient déjà sur le mental de cette équipe qui, au fil des éliminatoires devenait plus homogène et solidaire.

Le planning de pré-stage et de stage, étaient assez modeste. Juste un regroupement en France et celui d’Ifrane au Maroc pour une préparation physique plus intense et le travail s’est vu lors du premier match contre le Ghana où les Ecureuils ont été combatifs dans tous les compartiments du jeu. Une présence solide derrière autour du sociétaire d’Amiens Khaled Adenon.

Après cette belle opposition face aux Black Stars du Ghana soldé sur un score de 2 buts partout, le Bénin, pour le deuxième match devenait subitement favori face à la Guinée Bissau. Ce nul et vierge est apparu plus tard être une contre-performance, parce que les Ecureuils au vu de la possession sur l’ensemble de la rencontre, étaient passés à côté d’une victoire historique. Certes ils ont été héroïques face aux Lions Indomptables en arrachant aussi un match nul avec un Saturnin Allagbé, pensionnaire de Niort en France dans un état de grâce dans les buts.

La rencontre en huitième de finale contre les Lions de l’Atlas, s’annoncent aussi physique que tactique. Les poulains du sélectionneur Hervé Renard n’ont gagné leurs trois rencontres que sur la plus petite des marques. Le Bénin, n’a plus rien à perdre. Sa solidarité sera son atout. Les Ecureuils sont à la porte d’une qualification de folie. Michel Dussuyer devra faire sans Steve Mounier et doser davantage son bastion défensif tout en misant sur des contre-attaques. Un très beau match en perspective.

 

G-E NANGA